MADAME

« Madame » c’est l’histoire d’une femme  qui, sans même le décider va dépasser les limites imposées de ce siècle aux moeurs corsetées. Une femme à l’envie de vivre indestructible et à la sensualité débordante! Sans honte ni fierté. Qui avance coûte que coûte, la gouaille en bandoulière et les yeux qui pétillent! Impertinente ettouchante, elle raconte l’inénarrable avec truculence, passant outre les appels à rentrer dans l’ordre, au risque de tout perdre!


C’est un voyage qui commence à la grande guerre, la der des der, les embrassades aux baïonnettes, pour se finir à la guerre d’Algérie dont on se demande déjà que deviendront les fantômes et les monstres qui en sortiront. Entre temps, une escale dans la nuit noire de « l’occup » !

Les guerres, mais aussi les après-guerres, les entre-deux, elle en parle en tant que femme, fiancée sans avenir, mère orpheline, veuve soulagée, éternelle amoureuse. En tant qu’ouvrière également, fraichement débarquée de sa campagne, portant à bout de bras des obus de 75, pour finir tenancière de bobinard de première classe.


Elle en côtoie du beau monde ! Landru, le docteur Petiot, des suffragettes, Léon Blum, la maréchaussée, le père Bogo, mais aussi un poilu de Verdun, des résistants de la dernière heure et quelques tocards à la petite semaine, avec des « rires à faire faner les roses ».

Elle nous fait partager ses amours, ratées, sublimes ou obligatoires.

« La vie , ça s’articule en rencontres finalement, bonnes ou mauvaises, on peut pas savoir à l’avance … »

Pour une femme plus encore qu’un homme, Il fallait constamment trouver un chemin entre deux rôles, celui que la société vous impose et celui que l’on sent tressaillir au fond de soi. La condition féminine au vingtième siècle, c’est une porte qui s’ouvre enfin mais avec fracas. Et quelle détermination et imagination il fallait avoir pour pouvoir l’ouvrir, cette fameuse porte.

Tout y passe, emmené par une langue impertinente à souhaits, à la répartie drôle, touchante, moqueuse,

«  manière d’annoncer qu’on n’est pas dupe … ! et n’épargner personne, même pas soi, surtout pas soi !

de Remi de Vos

Interprétation et mise en scène: Irène Rivière

Création lumière: Jean-Louis Berger

Conception des décors: Gilles Garlet

Costume: Marie-Thérèse Giraud

CRÉATIONSCreations.html
CONTACTSContacts.html
CALENDRIERCalendrier.html
FESTIVALSFestivals.html
L’ÉQUIPELequipe.html